A+ A- A

logos-fhf-obea

Communiqué de presse du 05/10/2016

Résultats du 1er baromètre FHF-Obea des enjeux RH

 

Les Rencontres RH de la FHF à La Baule ont été l’occasion de présenter aux professionnels hospitaliers les résultats du premier baromètre FHF-Obea des enjeux RH. Cette enquête riche d’enseignements a été menée auprès des chefs d’établissement, Directeurs des Ressources humaines et Directeurs des Affaires médicales des établissements publics sanitaires, sociaux et médico-sociaux adhérents à la Fédération hospitalière de France. Près de 274 directeurs se sont mobilisés pour répondre à cette étude conduite en partenariat avec Obea.

 

« Il était important que la FHF puisse faire entendre la voix de professionnels des ressources humaines à l’hôpital, objectiver leurs besoins voire leurs difficultés dans la période de réforme profonde que connaît l’hôpital », résume le Président de la FHF.

« Accompagnant depuis de nombreuses années les transformations RH et managériales du secteur de la santé, il nous a semblé pertinent de proposer à la FHF un baromètre des perceptions et des attentes des professionnels RH. », souligne Jérôme Miara, PDG d’Obea, cabinet de conseil.

Il en ressort des constats forts qui sont autant d’appels à des propositions de réforme afin d’améliorer la qualité de vie au travail des personnels et par là-même les conditions de prise en charge des patients.

  • Tout d’abord, le niveau très élevé d’engagement des professionnels vis à vis de leur métier (97%), des valeurs de service public (80%) et de leur établissement (75%), doit être salué et constitue une véritable force pour relever les défis à venir. 
  • 75% des acteurs RH interrogés déclarent toutefois ne pas disposer des moyens adaptés pour reconnaître cet engagement. 
  • Au-delà des évolutions statutaires que cela appelle, et de l’investissement des DRH en matière de conditions de travail et plus particulièrement de prévention des risques psycho-sociaux (plus de 84% des répondants ont entrepris des démarches de prévention), les résultats du baromètre illustrent la très forte contrainte budgétaire pesant sur les établissements. Les préoccupations des DRH sont ainsi concentrées sur la maîtrise de la masse salariale : il s’agit du premier sujet de mobilisation pour 80% des sondés, taux bien supérieur au secteur privé. Il en ressort un fort risque que l’impératif budgétaire ne laisse que peu de place au déploiement des nécessaires démarches d’accompagnement, collectives ou individuelles. 
  • Enfin, si 80% des DRH ont à ce jour une perception positive du climat social, plus de la moitié des sondés anticipe une dégradation dans les prochains mois. Sentiment d’autant plus fort que les défis à relever sont nombreux, que ce soit en termes de structuration de l’offre que d’efficience.  

 

Les établissements sanitaires et médico-sociaux ont la chance d’avoir des professionnels engagés et des DRH investis. Pour la FHF, acteur responsable, sans remettre en cause l’objectif d’efficience, il s’agit maintenant de faciliter ce qui est d’ores et déjà entrepris sur la base du seul engagement des DRH et DAM : une gestion des ressources humaines qui ne soit plus uniquement considérée par les tutelles comme un outil de gestion, de maîtrise budgétaire, mais à qui on reconnaît aussi l’ambition stratégique d’accompagner les professionnels sur des projets porteurs de sens. Les établissements publics de santé, ce sont avant tout des acteurs engagés, médecins et soignants.   Il s’agit maintenant de reconnaître aux acteurs de la fonction RH, directeurs, cadres les moyens et le temps nécessaire pour relever le défi organisationnel des GHT.

Pour cela, la FHF appelle à redonner du sens :

  • Tout d’abord, mettre la santé et la sécurité des personnels au cœur du débat sur l’hôpital ; 
  • Simplifier et lever les rigidités du statut de la fonction publique pour fluidifier les parcours professionnels, doter les établissements des outils réglementaires indispensables pour réussir le défi des GHT, et valoriser les équipes, en récompensant leurs mérites ; 
  • Enfin, sans remettre en cause la nécessaire efficience des établissements publics, mettre fin à la contrainte budgétaire permanente et aux injonctions paradoxales. L’hôpital public a su maitriser ses coûts en dépit de la constante progression de l’activité. Cette performance accrue n’a été possible qu’avec l’implication et la mobilisation des personnels. Or rien n’est enfin pire qu’une politique alourdissant les charges des établissements pour acheter la paix sociale au détriment des réformes structurelles. Il est donc désormais indispensable que les réorganisations ne soient pas imposées mais pensées par les équipes médico-soignantes, dans un esprit de co-construction et de dialogue.
ANDRH Inergie entrecarriere wolters

Les DRH inversent la courbe des embauches

7ème édition du baromètre « Défis RH » ANDRH-Inergie publié aujourd’hui
dans Entreprise & Carrières*

Depuis un an, les DRH ont recommencé à recruter et pensent continuer dans les mois à venir. Selon le baromètre « Défis RH 2016 », réalisé par Inergie pour l’ANDRH et Entreprise & Carrières, les indicateurs d’emploi ont atteint cette année leur plus haut niveau depuis la première édition (2010) et leur plus belle progression. Cette embellie confirme les tendances amorcées l’an dernier dans un contexte où les professionnels des ressources humaines restent confiants dans la santé économique de leur entreprise et voient les perspectives de leur secteur d’activité s’améliorer. La baisse des charges, qui se fait également davantage ressentir, même si tous les DRH ne l’ont pas encore perçue, devraient soutenir ces tendances. Par ailleurs, le climat social devrait rester stable ou s’améliorer pour la majorité d’entre eux.

 

Principaux enseignements de l’étude :

  • Un contexte économique plus porteur qui favorise la confiance

Près des trois quarts des DRH (72%) sont confiants dans les perspectives économiques de leur entreprise, au même niveau que l’an dernier ; ils sont par ailleurs plus positifs sur l’évolution de leur secteur d’activité (+5 points à 64%) et confirment en cela la tendance entamée depuis 2014.

 

  • Des indicateurs d’emploi au plus haut niveau depuis 2010

La proportion d’entreprises ayant conduit des plans de recrutement a progressé de 15 points cette année à 38%, avec à l’inverse, un net recul du gel des embauches (-11 points à 24%). « Les DRH ont fait ce qu’ils avaient prévu l’an dernier : ils ont davantage embauché », constate Luc Vidal, directeur général adjoint d’Inergie-groupe Obea ; une embellie portée par les PME de moins de 500 salariés. Le recours à l’intérim a également fortement progressé, dans les mêmes proportions (+12 points), pratiqué par 48% des entreprises, notamment dans le secteur des services. Une dynamique d’emploi qui devrait perdurer cette année, selon les DRH interrogés, pour l’ensemble des indicateurs, hors intérim. Jean-Paul Charlez, président de l’ANDRH et DGRH d‘Etam est néanmoins confiant « J’ai le sentiment que la courbe du chômage devrait se stabiliser ou s’inverser. J’y crois plus qu’il y a quelques mois ».

 

  • Les baisses de charges se font davantage ressentir

Près de la moitié des professionnels de la fonction RH (44%) constate aujourd’hui la baisse des charges décidée par le gouvernement dans le cadre du pacte de responsabilité. C’est 10 points de plus que l’an dernier, même si la majorité d’entre eux ne semble pas encore en avoir perçu la réalité. Comme en 2015, pour 55% des DRH ayant constaté cette baisse de charges, cela servira d’abord l’investissement, bien avant la création d’emplois directs (22%).
Faut-il voir cependant un premier effet « retard » des mesures prises en 2015 dans les chiffres d’emploi de ce baromètre, corroborés par ceux de Pôle Emploi sur ces deux derniers mois ?

 

  • Un climat social stable ou en amélioration

La tendance est à la stabilisation ou à l’amélioration du climat social pour 75% des DRH ; un climat social perçu comme bon pour 80% d’entre eux. « Une perception très en ligne avec celle des salariés, dans les entreprises pour lesquelles nous menons des baromètres internes », souligne Luc Vidal.

 

  • Le poids des contraintes économiques toujours perçu par les DRH

Dans ce contexte plus porteur, les politiques RH dépendent cependant toujours largement des contraintes économiques (56%), notamment dans le secteur de l’industrie (66%) où elles ont progressé de 9 points depuis 2015 (contre une baisse de 4 points pour les entreprises de service). Les contraintes légales semblent peser un peu moins fortement sur les entreprises (49%), alors que les enjeux restent constants en matière de rétention des talents (49%).

 

  • L’accompagnement managérial au cœur des enjeux de la fonction RH

Comme lors des précédentes éditions, l’accompagnement des managers arrive en tête des enjeux des DRH, tant en ce qui concerne leur mission RH (46%), que pour le développement de leurs compétences (43% – en recul de 5 points cependant) ; on retrouve ensuite, de manière constante, l’accompagnement des réorganisations (35%) et plus fortement cette année la formation des salariés (36% en évolution de 5 points).

 

  • Des DRH toujours mobilisés sur la GPEC et le dialogue social… avant la digitalisation

Les professionnels de la fonction RH sont toujours focalisés, à la fois sur le dialogue social et sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (59%) ; avec en seconde position l’attraction et la rétention des talents (44%). A contrario, les questions de responsabilité sociale (diversité, seniors, jeunes, handicap, égalité), sont toujours placées en bas de la hiérarchie (pour moins de 15% des répondants). La digitalisation, sur laquelle les DRH ont été interrogés cette année, arrive en 6ème position, citée par 26% d’entre eux.

 

  • Des actions menées en matière de qualité de vie au travail, mais des DRH encore réservés sur leur impact

Les risques psychosociaux restent une réalité dans 20% des entreprises, et progressent même sensiblement dans les entreprises de plus de 1 000 salariés (+7 points à 32%) ; force est de constater que si plus de la moitié des entreprises (52%) ont mené des actions sur le sujet cette année (notamment les plus grandes et celles ayant réalisé une évaluation des risques), seuls un tiers des DRH répondants (32%) constate des améliorations sur le champ de la qualité de vie au travail ; des actions qui portent aujourd’hui essentiellement sur la sensibilisation des managers (68%), avant d’aborder les conditions ou la charge de travail (respectivement 47% et 28%).

 

  • Pas d’évolutions majeures en matière d’emploi des jeunes et des seniors

Concernant l’emploi des jeunes, la part d’alternants dans les effectifs reste stable depuis deux ans (3,4% en moyenne) en dépit du relèvement des quotas de 4% à 5% en 2015. Aucune intention d’en augmenter le nombre pour 56% des DRH, même s’ils estiment à 64% que le dispositif les incite à intégrer des jeunes dans leur entreprise.
Coté seniors, les préretraites continuent d’être utilisées par 46% des entreprises (20% pour les retraites progressives, 16% pour les préretraites d’entreprise, 10% pour les préretraites publiques), avant les dispositifs d’aménagement du temps de travail (43%). « Les préretraites d’entreprise coûtent cher mais elles ont déjà été provisionnées, explique Jean-Paul Charlez. Il s’agit sans doute de dispositifs préexistants ».

 

  • Une transformation numérique qui impacte les entreprises, mais touche encore modérément les DRH

Pour plus des deux tiers des DRH répondants, la transformation numérique a un impact sur l’activité (68%) ou l’organisation (69%) de leur entreprise, notamment dans les plus grandes (80% des plus de 2 000 salariés) et les entreprises de service (77%). Mais à ce jour, l’enjeu RH porte plus à leurs yeux sur de l’accompagnement, comme l’adaptation des collaborateurs aux nouveaux outils (pour 65% des DRH), que sur de l’anticipation : mise en place de nouveaux modes de travail (42%) ou développement d’une culture de l’innovation (35%).
Il n’en demeure pas moins que sur le périmètre qui les concerne directement, la digitalisation est en marche pour 2 DRH sur 5, en matière de gestion des données, de recrutement et de formation ; avec en perspective, la gestion des parcours professionnels et la fidélisation des talents.

 

  • Le télétravail se développe au sein des entreprises ayant signé un accord

Si le nombre d’accords de télétravail n’a pas évolué depuis un an et concerne 17% des entreprises ayant participé au baromètre, la pratique s’est, en revanche, développée selon les DRH de ces entreprises. Ce sont aujourd’hui 37% des effectifs qui sont concernés (contre 14% l’an dernier), mais sur moins de jours : 61% des DRH déclarent que leurs salariés bénéficient d’un jour de télétravail par semaine, contre 36% en 2015. Sur la même période, le télétravail sur deux jours est passé de 45% à 25%. 

 

* Etude réalisée par internet du 15 mars au 13 avril 2016, auprès des professionnels de la fonction RH, membres de l’ANDRH ; échantillon répondant constitué de 246 DRH.

 


 

A propos de l’ANDRH : L’Association nationale des directeurs des ressources humaines est l’acteur de référence dans le débat RH. Fondée en 1947, elle compte aujourd’hui plus de 5 000 membres répartis en 80 groupes locaux. Sa mission est d’échanger les bonnes pratiques, développer le professionnalisme de ses adhérents,  contribuer à l’amélioration des performances des organisations publiques et privées et représenter les DRH auprès des pouvoirs publics, des medias et des partenaires sociaux. www.andrh.frContacts : Bénédicte Ravache – bravache@andrh.fr et Cindy Franc – cfranc@andrh.fr

A propos d’Inergie – groupe Obea : Le pôle Opinion d’Inergie, spécialisé dans les baromètres internes, a pour ambition de développer l’implication et l’engagement des équipes par l’écoute interne. C’est une filiale du groupe Obea, leader français du conseil depuis plus de 40 ans au service des transformations RH et managériales des entreprises publiques et privées. Plus de 60 consultants mettent leur expertise à votre disposition dans 4 domaines d’intervention : le conseil en management & RH, la formation & l’accompagnement, l’opinion interne, la communication interne & externe. www.inergie.com et www.obea.frContacts : Luc Vidal – lvidal@inergie.com et Sarah Cadet – sarah.cadet@obea.fr

A propos d’Entreprise & Carrières : L’hebdomadaire Entreprise & Carrières est conçu comme un outil de travail pour la mise en œuvre des solutions RH et pour la gestion quotidienne des ressources humaines dans l’entreprise. Le magazine  traite des enjeux de la fonction ressources humaines au travers de 4 rubriques principales : “l’actualité”, “les pratiques”, “l’enquête” et “les enjeux” de la fonction. C’est un titre de Wolters Kluwer France, l’un des leaders des solutions d’information professionnelle. www.wolterskluwerfrance.frContacts : Sylvie Caron  – scaron@wolters-kluwer.fr et Clara Gérault, Oxygen, clara@oxygen-rp.com

 


 

Télécharger le Communiqué de presse en PDF

Télécharger le rapport « chiffres clés » du baromètre Défis RH 2016

ANDRH Inergie entrecarriere wolters

Communiqué de presse du 13/05/2016

Projet de Loi Travail : les DRH sont favorables à la redéfinition du licenciement économique, mais doutent de l’efficacité du plafonnement indicatif des indemnités prud’homales pour favoriser les embauches

Enquête exclusive ANDRH-Entreprise & Carrières, réalisée par Inergie*

Pour la 7ème édition du baromètre « Défis RH», dont l’hebdomadaire Entreprise & Carrières publie la première partie dans son édition du 17 mai 2016, l’ANDRH et le cabinet Inergie ont interrogé les DRH en mars – avril dernier sur leur perception du projet de Loi Travail.

 Principaux enseignements de l’étude :


1 – Près des trois quarts des DRH (72%) sont favorables à la redéfinition du licenciement économique tel qu’il est prévu dans le projet de Loi. 

Bien qu’un peu plus « portée » par les DRH des entreprises de moins de 500 salariés (75%), cette perception est assez partagée au sein de la communauté RH, quel que soit le secteur d’activités ou la taille de l’entreprise.

2 – Pour près des deux tiers des DRH (63%) le plafonnement indicatif des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif ne les inciterait pas à embaucher.

Seuls 33% des DRH estiment que l’instauration d’un barème indicatif en la matière leur permettrait de leur donner la prévisibilité nécessaire ; ils ne sont pas beaucoup plus favorables (46%, contre 50% de réfractaires) à un assouplissement des modalités de licenciement.

« L’argument selon lequel il faut faciliter les licenciements pour susciter des embauches, ne tient pas face à la réalité : quand une entreprise embauche, ce n’est pas dans la perspective de licencier mais parce qu’elle a des besoins, des postes à pourvoir », déclare Jean-Paul Charlez, président de l’ANDRH« Les DRH sont plus réceptifs à des mesures concrètes en phase avec leur réalité économique, comme celles proposées aux PME, qui vise à adapter la notion de situation économique difficile à la taille de l’entreprise » souligne Luc Vidal, directeur général adjoint du pôle opinion au sein d’Inergie-groupe Obea.


3 - Deux tiers des DRH (66%) sont favorables au principe de l’accord d’entreprise majoritaire (50%).  
Le principe de cette mesure est bien accueilli par les DRH, qui ne sous-estiment cependant pas les difficultés techniques de mise en œuvre dans leur entreprise.
« Certes il sera plus compliqué d’obtenir un accord, mais sa légitimité en sera renforcée. Or c’est essentiel dans la logique, qui est celle de la loi travail et que nous soutenons, où l’accord d’entreprise prime », souligne Jean-Paul Charlez.


4 – Plan de formation des chômeurs : moins d’un tiers des DRH (29%) estime qu’il pourrait « peut-être » leur permettre de trouver les compétences qui leur manquent.  

A l’heure où, en dépit d’un taux de chômage endémique, on estime à plus de 300 000 les emplois non pourvus au sein des entreprises, cette mesure ne semble convaincre qu’une faible partie des DRH ; elle intéresse cependant un peu plus (42%) ceux des entreprises de plus de 1 000 salariés.

« La formation des chômeurs est une ardente obligation, mais les DRH, surtout des PME, semblent avoir des difficultés à connecter cette politique générale avec leurs besoins », explique Jean-Paul Charlez.

 


 

A propos de l’ANDRH : L’Association nationale des directeurs des ressources humaines est l’acteur de référence dans le débat RH. Fondée en 1947, elle compte aujourd’hui plus de 5 000 membres répartis en 80 groupes locaux. Sa mission est d’échanger les bonnes pratiques, développer le professionnalisme de ses adhérents,  contribuer à l’amélioration des performances des organisations publiques et privées et représenter les DRH auprès des pouvoirs publics, des medias et des partenaires sociaux. www.andrh.frContacts : Bénédicte Ravache – bravache@andrh.fr et Cindy Franc – cfranc@andrh.fr

A propos d’Inergie – groupe Obea : Le pôle Opinion d’Inergie, spécialisé dans les baromètres internes, a pour ambition de développer l’implication et l’engagement des équipes par l’écoute interne. C’est une filiale du groupe Obea, leader français du conseil depuis plus de 40 ans au service des transformations RH et managériales des entreprises publiques et privées. Plus de 60 consultants mettent leur expertise à votre disposition dans 4 domaines d’intervention : le conseil en management & RH, la formation & l’accompagnement, l’opinion interne, la communication interne & externe. www.inergie.com et www.obea.frContacts : Luc Vidal – lvidal@inergie.com et Sarah Cadet – sarah.cadet@obea.fr

A propos d’Entreprise & Carrières : L’hebdomadaire Entreprise & Carrières est conçu comme un outil de travail pour la mise en œuvre des solutions RH et pour la gestion quotidienne des ressources humaines dans l’entreprise. Le magazine  traite des enjeux de la fonction ressources humaines au travers de 4 rubriques principales : “l’actualité”, “les pratiques”, “l’enquête” et “les enjeux” de la fonction. C’est un titre de Wolters Kluwer France, l’un des leaders des solutions d’information professionnelle. www.wolterskluwerfrance.frContacts : Sylvie Caron  – scaron@wolters-kluwer.fr et Clara Gérault, Oxygen, clara@oxygen-rp.com



Télécharger le communiqué de presse PDF

Télécharger la présentation des premiers résultats

  logo-fhf 
Logo Obea - Emploi-Formation
 

La FHF et Obea, lancent leur premier baromètre des enjeux RH

Enquête réalisée auprès des Directeurs, Directeurs des Ressources Humaines et Directeurs des Affaires Médicales des établissements publics sanitaires, sociaux et médico-sociaux adhérents à la Fédération Hospitalière de France, ce baromètre a trois objectifs :

  • Dresser un panorama des préoccupations des DRH et des DAM des défis auxquels ils sont confrontés
  • Partager ces tendances avec l’ensemble des acteurs de la fonction RH hospitalière
  • Identifier des mesures et propositions concrètes à destination des pouvoirs publics et pour faire évoluer le service aux adhérents de la FHF

L’enquête se déroulera du 2 au 20 mai et la première communication des chiffres clés est prévue fin juin.
RDV le 3 octobre pour la restitution complète aux Rencontres RH de la Santé !


Votre contact : Christophe MORICARD

cmoricard@inergie.com – 01 40 53 71 16

 


la photo de profil de Macom'in - Association Marocaine de Communication Interne  logo   

Résultats du baromètre MACOM’IN – Inergie 2016 de la fonction communication interne au Maroc

Le 17 mars 2016, Inergie-Groupe Obea et l’Association Marocaine de la Communication interne (Macom’in) ont présentés les résultats du 1er baromètre de la fonction communication interne au Maroc.

Une restitution réalisée dans le cadre d’une conférence-débat sur la thématique « La communication interne : de parent pauvre à pièce maîtresse de la communication des organisations ? » en présence de Karima Benabderrazik, Directrice de la Communication et de la Publicité de la BMCI, Groupe BNP Paribas, Nadia Ben Bahtane, Directrice Marketing et Communication du Groupe Intelcia, Khalid Baddou, Président de l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication, Luc Vidal, Directeur Général Adjoint Pôle Opinion de Inergie, groupe OBEA, et Ali Alaoui Mdaghri, Président de l’Association Marocaine de la Communication Interne.

Le débat posait la problématique suivante : A l’heure actuelle, bon nombre d’organisations ont pris conscience de l’importance de la communication interne comme puissant levier d’engagement des collaborateurs et de la performance des organisations. Si la communication interne a souvent été considérée comme le parent pauvre de la communication des organisations, elle gagne aujourd’hui ses lettres de noblesse. Comment est-elle pratiquée au Maroc ? Quels sont les enjeux auxquels les organisations font face en la matière ? Quelles tendances se dessinent et quelles innovations sont possibles ? Lumière sur un champ largement inexploré au Maroc…

Téléchargez la synthèse de l’étude

ou

Découvrez l’ensemble des résultats :

visuel résultats 

Ce que la presse en dit : Voir le site de La nouvelle Tribune